De fleuriste à community manager : le parcours de Margaux, Bachelor Chef de Projet Numérique promo 2018

Margaux-Bachelor-Chef-de-Projet-Numérique-en-1-an

Margaux était fleuriste avant de se reconvertir dans le numérique grâce à son admission à Efreitech en Bachelor Chef de Projet Numérique en 1 an.

« J’ai intégré le Bachelor Chef de Projet Numérique en 1 an (admission en 3ème année) en septembre 2016 et ai trouvé une entreprise pour y faire mon alternance dès le premier mois. L’entreprise s’appelle B-reputation. C’est une startup BtoB créée il y a un an, dédiée à la vente de questionnaires personnalisés pour les entreprises. J’y occupe un poste à la fois de rédactrice blog et de community manager.

Quel a été ton parcours avant d’intégrer Efreitech ?

Après un bac L, j’ai passé un CAP Fleuriste en 1 an en alternance et un Brevet Professionnel Fleuriste. J’ai ensuite passé 1 an et demi en CDI en tant que fleuriste. J’ai arrêté la fleur en décembre 2015 pour des problèmes de santé. Devant me réorienter, j’ai voulu le faire dans le numérique, et j’ai trouvé l’école sur un salon du numérique à Paris. Je suis venue aux portes ouvertes, et me voilà future Chef de Projet Numérique !

 Quels sont les points forts de la formation Bachelor Chef de Projet Numérique – Cycle 1 an selon toi ?

Ce qui me plait dans cette formation, c’est que, grâce à ce que j’ai appris dans mon entreprise d’accueil et à l’école, ma formation est à la fois généraliste et suffisamment aboutie pour m’offrir un large choix de possibilités une fois mon diplôme obtenu. Je me sens confiante et j’ai hâte de me confronter au marché du travail !

Quelles sont ces choses qui te plaisent en particulier, dans le travail ou l’école ?

Ce qui est sympa dans mon entreprise c’est qu’on m’a laissée m’orienter vers les pôles qui me plaisaient le plus. Quand j’ai commencé je faisais 50% de rédaction et 50% de commercial, cependant on m’a laissé très libre de m’orienter sur d’autres sujet qui m’intéressaient, et en l’occurrence j’ai choisi de laisser de côté la partie commerciale pour prendre en charge la gestion des réseaux sociaux.

Pour ce qui est de l’école Efreitech, je trouve ça très chouette d’avoir des formateurs qui sont des professionnels en activité et qui sont généralement très ouverts. Ils nous donnent leurs coordonnées dès la première heure de cours, et s’il y a un point qu’on a envie d’approfondir de notre côté, tout est mis à disposition pour qu’on puisse travailler tout seul dans le bon sens. Si demain pendant un cours de Photoshop je me rends compte que ça me passionne, je sais que j’aurais tous les outils pour aller plus loin, avoir l’encadrement pédagogique qu’il faut pour ça. C’est cette possibilité de s’auto-former en bénéficiant du soutien de la structure que je trouve super chouette.

Quels sont tes projets après l’obtention de ce diplôme ?

Pour l’instant l’entreprise dans laquelle je suis en alternance a prolongé mon contrat jusqu’en novembre 2017. Et si l’entreprise décolle, au terme des 14 mois que j’aurai passé à me former avec eux, je serai embauchée. Ce n’est pas encore certain à 100% parce que l’entreprise n’a qu’un an. Cela dit c’est en bonne voie : ses fondateurs ont levé 1 million d’euros pour son lancement.

Tu ne regrettes pas la fleur ?

Ce milieu me plaisait beaucoup, j’adorais ça, mais malheureusement je n’ai pas tellement eu le choix quant à mon arrêt. Des problèmes de santé ont fait que je ne pouvais pas faire autrement. Mais je me surprends à prendre de nouveau vraiment beaucoup de plaisir dans mon travail aujourd’hui. Je me retrouve de nouveau à avoir ce plaisir de me dire « je vais au boulot, c’est chouette, je vais faire des choses qui me plaisent », donc même s’il y a des choses qui me manquent, je prends du plaisir autrement. »

Ces articles pourraient vous intéresser :

se reconvertir dans le digital c'est possible
un-ancien-d'efreitech-leve-130-000-euros
l'incubateur-du-groupe-efrei