developpeur codeur efreitech

Selma Dereume, responsable des relations extérieures d’Efreitech, a été interviewée par Le Parisien au sujet de la reconversion dans le digital :

« Chef de projet numérique, concepteur développeur, spécialiste du e-business ou du e-marketing… Ces métiers encore récents et orientés vers les nouvelles technologies ne sont pas réservés aux digital natives. « L’ensemble de nos formations est accessible aux personnes en reconversion, généralement par le biais d’un contrat de professionnalisation, explique Selma Dereume, responsable des relations extérieures d’Efreitech, une école spécialisée dans les formations webmarketing et développement mobile/internet dans le Val-de-Marne. C’est le cas d’environ 15% de nos étudiants. »

Des profils curieux et polyvalents

Dans l’immense majorité, il s’agit de personnes ayant travaillé dans le secteur du marketing ou de la communication et qui souhaitent donner un vernis digital à leur CV. « Il existe également des profils plus atypiques, comme sommelier ou journaliste, qui souhaitent devenir développeurs web », complète Selma Dereume qui aime que « ce sont généralement des personnes d’une grande curiosité, qui cherchent un métier leur permettant d’être polyvalents et d’intervenir à toutes les étapes d’un projet ». Certains se lancent d’ailleurs dans la création d’activité.

Des qualités qui séduisent les recruteurs

De manière générale, il n’est pas toujours simple de trouver une entreprise d’accueil pour se former en alternance. Mais les étudiants en reconversion ne manquent pas d’atouts aux yeux des recruteurs car « ils connaissent les codes professionnels et manifestent une grande motivation ». Dans la salle de classe, un décalage peut se faire sentir, à la fois en termes de génération et de compétences techniques. « Un petit temps d’adaptation peut être nécessaire pour que les personnes en reconversion se sentent à l’aise, indique Selma Dereume. Nous leur fournissons également des tutoriels vidéo pour assurer leur mise à niveau. »»

Retrouvez l’article entier sur le site du Parisien :

logo le parisien